I.2 Le phénomène de rosée

À partir des deux notions présentées précédemment, nous pouvons maintenant expliquer le fonctionnement du phénomène de rosée. Il faut comprendre que lorsque l’air est saturé en vapeur d’eau, apparaît de l’eau sous forme liquide. Cela veut dire que lorsque l’humidité relative est à 100% sur un endroit donné, de l’eau liquide est produite. Cette température à partir de laquelle l’eau est produite s’appelle le point de rosée. Celui-ci varie en fonction de l’humidité relative et de la température de l’air.

Graphique présentant l’évolution de l’humidité relative (relative humidity) en fonction de la température (air temperature) et du point de rosée (dewpoint)
Source : http://www.boock.ch

Graphique présentant l’évolution de l’humidité relative (relative humidity) en fonction de la température (air temperature) et du point de rosée (dewpoint).

Sur ce graphique, nous pouvons remarquer que pour une température ambiante de 20°C et une humidité relative de 30% (point A), le point de rosée est de 2°C alors qu’il est de 15°C à la même température ambiante mais avec une humidité relative de 70% (point B). Les deux points A et B mettent en évidence le fait que le point de rosée varie grandement en fonction de l’humidité relative.

Grâce à Heinrich Gustav Magnus, physicien et chimiste allemand, ce point de rosée peut être calculé par la formule :

Tr: Point de rosée en °C

Hr: Humidité relative

T: Température en °C

Par exemple, pour une température de 20°C et une humidité relative de 30% :

Dans notre exemple, le point de rosée est à 1,8°C environ.

Page suivante